CIRCEE
Centre d’Information, de Recherche et de Consultation sur les Expériences Exceptionnelles

Categories

Accueil > Actualités > Lucia Bley, psychologue clinicienne et...

Lucia Bley, psychologue clinicienne et...

Lucia Bley, psychologue clinicienne et doctorante à l’Université Paris 7, publie dans l’Evolution psychiatrique le cas d’une femme ayant souffert de l’impression que sa maison était hantée. C’est l’occasion de questionner cette clinique, en la replaçant dans son riche contexte intellectuel et historique.

La « maison » en psychanalyse. Cliniques du seuil

Résumé

Objectifs. – Appréhender la figure de la « maison » à partir de la psychanalyse permet de questionner des notions telles que la « frontière » ou le « chez-soi ». Comment la découverte de l’inconscient réinterroge-t-elle les catégories habituelles du familier et de l’étranger ? La psychanalyse admet-elle un « chez-soi » ? Quelle serait une conception freudienne de la maison ?
Méthode. – La figure de la « maison » est introduite ici par la philosophie de Heidegger et de Bachelard. Heidegger fait de l’habitation le trait fondamental de la condition humaine : l’homme est d’abord étranger au monde, qu’il doit précisément habiter. Pour Bachelard, la maison protège l’homme du monde, elle est à l’origine de l’imaginaire et de la dialectique du moi/non-moi. À partir de l’expérience de Madame M., dont le délire construit une « maison hantée », et du travail de l’historienne Stéphanie Sauget sur la « maison hantée » au XIXe siècle, nous introduisons la question de l’inquiétante étrangeté,
opérateur déterminant pour penser une clinique de la maison et de l’habiter du point de vue de la psychanalyse.
Résultats. – Freud revisite le couple heimlich/unheimlich et souligne leur réversibilité. En introduisant l’idée d’un retour, il redéfinit le registre du familier, du « propre », qui n’échappe jamais entièrement à l’étrangeté. La psychanalyse remet en cause l’idée d’un « chez-soi » absolu, conc¸u comme un intérieur protégé de toute épreuve de l’étranger.
Discussion. – Une conception freudienne de la maison, dont le moi n’est pas maître, est celle d’une « maison hantée ». La notion de « hantise », foncièrement liée à celle de l’inquiétante étrangeté, trouble le « Home sweet home » et questionne l’accès à un habiter totalement acquis et confortable.

Mots clés
Habiter ; Maison ; Heidegger M ; Bachelard G ; Chez-soi ; Inquiétante étrangeté ; Seuil

The house in psychoanalysis. The clinician on the threshold

Abstract

Introduction

Apprehending the issue of “the house” using a psychoanalytical approach opens the way to addressing such notions as “boundary” or “home”. How can the discovery of the unconscious help to revisit the preexisting categories of the familiar and the foreign ? Does psychoanalysis accomodate “a home of one’s own” ? What would be the Freudian conception of the home ?

Method

The notion of “the house” can be seen here in the light of the philosophy of Heidegger and Bachelard. Heidegger considers that “dwelling” is fundamental to the human condition : Man is, to begin with, a foreigner in this world, which he then must inhabit. For Bachelard, the house protects Man from the surrounding world, and underpins the imaginary and the dialectic contrasting self and other. Using a clinical vignette describing Ms. M. whose delirium constructed a “haunted house”, and drawing upon the work of the historian Stéphanie Sauget on the notion of the haunted house in the 19th century, we introduce the notion of the “uncanny” as the key to defining a clinical approach to home and dwelling.

Results

By revisiting the notions of heimlich/unheimlich, Freud underlines their reversible nature. His reading of the uncanny introduces the possibility of a return and redefines familiarity in terms which never quite do away with the uncanny Psychoanalysis casts doubt on the very existence of an “at home”, seen as an interior that protects from any possible ordeal imposed by that which is strange or foreign.

Discussion

The Freudian conception of the home, where the Ego is not the reigning master, is one of a “haunted house”. The underlying notion of “dread” or “being haunted” is fundamentally linked to the uncanny, going against the idea of “home sweet home”, and it undermines the possibility of a state of inhabiting that is “one’s own home” and provides comfort.

Conclusion

In this setting, the challenges of “hospitality” show the ambivalence of the boundaries, placing us at a “threshold”, defining the position of the clinician, always operating in an “in-between”.

Keywords
Inhabiting ; House ; Heidegger M ; Bachelard G ; Home ; Uncanny ; Threshold

Bley, L. (sous presse). La "maison" en psychanalyse. Clinique du seuil. L’évolution psychiatrique.


Warning: mysql_query(): Unable to save result set in /home/circee/www/ecrire/req/mysql.php on line 193